0

 

  Ose
 


samedi 24/11/2018 à 20h00


 

Ose / Chloé Moglia

En invitant le public à prendre de la hauteur, Chloé Moglia dessine les contours de cette vie en suspension, laissant entrevoir ce qui la rend plus intense ou plus douce. 

Dans « Ose », sa dernière création, la trapéziste Chloé Moglia a fait le choix de poursuivre son exploration de la solitude face au vide à travers trois figures féminines, celles de la jeune trapéziste Carla Farreny Jimenez, de la cordiste finlandaise Viivi Roiha et de Kamma Rosenbeck, une enfant de la balle âgée de tout juste 20 ans. La metteuse en scène qui aborde la suspension, le rapport à la verticalité, autant du point de vue du déploiement de la force physique que d'une quête intérieure, a invité les trois acrobates à prendre de la hauteur et à cheminer avec elle dans cette autre dimension qui appelle nombre de questionnements en tant que femme, artiste ou tout simplement être humain confrontée à ses propres limites et contradictions.

La suspension c’est se raccrocher aux branches dans un monde qui s’effondre. La suspension, de près comme de loin consiste à rester vivant, ou d’une certaine manière, à le redevenir. Qu’est-ce que l’on suspend avec soi ? Principalement le temps. Ceci pour mieux voir et mieux sentir, pour rêver à la fois plus haut et plus profond. La pratique m’a enseigné qu’il faut pour cela savoir faire deux choses : ne jamais lâcher et lâcher toujours. Reste ensuite à soigner la libre circulation de l’un à l’autre. Chloé Moglia.

 

Toutes semblent se mouvoir grâce à un fil d'Ariane, celui de leurs vies qu'elles ont elles-mêmes tissées. Sur leur passage, elles laissent des traces, des lignes, des mots qui racontent un peu de leurs existences. Des voix off interviennent aussi dans le cours du récit où les lois de la botanique se confrontent à celles des hommes, tandis que la musique, l'incontournable Stairway to Heaven de Led Zeppelin ou Dambala de Nina Simone, illustre avec beaucoup de justesse ces moments de grâce, où force et douceur se mêlent et où le temps semble être en suspens, que les spectateurs vivent avec intensité.

Direction artistique : Chloé Moglia / artistes : Carla Farreny Jimenez, Viivi Rocha, Kamma Rosenbec

 

Photographie de Jean-Christophe Bordier